Accueil du site > Bibliothèque et archives > La distribution du courrier en l’an XII

La distribution du courrier en l’an XII

Des pans de murs calcinés essaimés un peu partout ; 8OO habitants, environ, vivent au milieu de ces décombres. L’administration municipale s’efforce de rendre habitable une ville prise ,reprise, incendiée, au cours des années 1793-1794.

Des routes praticables, il n’y en a plus, mais des chemins défoncés, semés d’ornières profondes. Les diligences arrivent irrégulièrement, elles acheminent le courrier déjà vieux de plusieurs jours.

Telle est la vie Bressuiraise en 18O4.

A cette époque le bureau de Poste est si peu important que l’administration hésite à faire les frais d’un facteur. Songez : de 120 à 150 lettres par mois ! Les journaux, il n’en est pas question, seuls quelques plis de soldats aux Armées, quelques missives de parents à la recherche de l’un des leurs perdus dans la tourmente...

Aussi, chacun se rend-il au bureau de poste pour retirer son courrier jusqu’au jour où le receveur : le Sieur Brangué,las de voir ces allées et venues, d’accord avec la municipalité, décide de prendre un facteur appointé à raison de 5 centimes par pli distribué. Pour ne pas faire les frais de cette dépense, il est convenu que cette somme sera payée par ceux qui recevront des lettres.

Louis BAZIN, Secrétaire-adjoint des "Amis du Vieux Bressuire".

Bulletin N°1 de la revue "Les amis du Vieux Bressuire"

A lire également dans cette rubrique

Bressuire. La cité des Castors

Après la Seconde Guerre mondiale, la pénurie de logements a provoqué la naissance d’un mouvement coopératif original. Des hommes se sont regroupés pour construire eux-mêmes leurs maisons d’habitation. Ils devenaient ainsi des Castors.

Lire la suite...